Une crise est parfois synonyme de remise en question forcée. Beaucoup d’entreprises qui étaient mal équipées digitalement avant le confinement ont été malheureusement complètement dépassées durant ces 2 mois et n’ont emmagasiné aucun revenu faut de e-commerce ou de social commerce.

Quel que soit le secteur et à quelques exceptions près (on n’achète toujours pas de voiture en ligne), le social commerce a été le salut de marques qui avaient pris ce virage digital depuis maintenant quelques années.

 

Si le secteur BtoC est plutôt bien équipé en France pour les entreprises de tailles moyennes, le BtoB n’a jamais autant souffert et risque d’être l’une des plus grosses victimes collatérales de ce confinement.

Mais des changements il y en a eu et notamment sur Linkedin qui a concurrencé TikTok en termes de « place to be » durant cette période inédite.

Pour citer l’interview de Nicolas Bordas dans l’ADN :

« Il y a une augmentation générale de l’usage, +55% le mois dernier, les patrons prennent conscience que tous les salarié.e.s y sont. Et en ce moment, ils ont besoin de leur parler et de rassurer, autrement que par des mails ou des publications internes. Ils découvrent le pouvoir de LinkedIn comme plateforme éditoriale, qui permet de toucher plus de monde, de générer plus d’engagement – et ceci, dans un environnement plus « safe » car il n’y a pas de troll sur LinkedIn, ce qui est nettement plus confortable ! »

Vous l’aurez compris, mon article est complètement orienté mais il correspond aussi à une caisse de résonnance que j’ai moi-même subit durant cette période. Le nombre d’appels entrants d’entreprises complètement diverses a augmenté. Elles sont toutes liées à une activité BtoB et voulaient de l’aide pour se positionner sur Linkedin et répondre à deux problématiques estivales :

  • Être plus visible pour relancer le business
  • Être plus séduisant pour recruter les meilleurs candidats

 

Il est évidemment trop tôt pour tirer des conclusions sur l’impact de la crise du Covid-19, mais il semble que les marques qui sauront utiliser à bon escient les réseaux sociaux professionnels en sortiront grandies.

 

Alors maintenant que faire si je suis le patron d’une société BtoB ?

La meilleure approche pour développer une entrée business qu’on ne maitrise pas reste de la comprendre. Je conseillerai donc de vous former pour diffuser à l’ensemble de vos salariés une voie audible et confiante dans cette reprise. Vous former à bien utiliser Linkedin, à comprendre les dernières techniques de social selling et à éviter les erreurs d’éléphants dans un magasin de porcelaine.

Profitez-en, en ce moment les formations de moins de 1500 euros sont offertes…et nous on en propose…

 

Ps : Bien utiliser Linkedin ce n’est pas démarcher « comme un bourrin » en message privé pour proposer des solutions de SEO à des personnes qui travaillent dans le BTP…c’est développer une stratégie pour répondre à l’un des deux objectifs que j’ai cités plus haut. Attention à ne pas rendre la chose toxique, ce ps s’adresse aux Jean-Michel Commerciaux qui se sont dits que la reprise se ferait en 2 jours.